Agriculture et grande distribution : un prix minimum applicable garanti


Salon Agriculture 2010 -Dates, Programme – : Les enseignes du Commerce et de la Distribution sont prêtes à s’engager aux côtés des producteurs et des industriels dans le respect du rôle de chacun, pour arriver à ce résultat afin de contribuer à la sécurisation du revenu des producteurs français. Elles mettent sur la table trois propositions fortes qui témoignent d’une approche nouvelle :

Supermarche et prix minimum en cas de crise

· La contractualisation des produits agricoles bruts non transformés
Au-delà de la contractualisation prévue entre les producteurs et les premiers metteurs en marché, la profession propose d’inscrire ses achats de produits agricoles bruts non transformés dans une contractualisation établie par la loi. Ce dispositif prévoirait un accord sur le volume et les prix et le cas échéant une variation des prix maximum fixés par les parties prenantes du contrat.
· Un prix minimum garanti en cas de crise grave
Dans les cas exceptionnels de crise grave affectant certains secteurs de production, la FCD propose pour une période maximale de trois mois la mise en place d’un prix minimum applicable à la première mise en marché.
· L’étiquetage systématique de l’origine du produit
Pour favoriser en transparence l’information des consommateurs sur l’origine des produits, la profession demande instamment que soit introduite l’obligation d’étiquetage de l’origine à l’ensemble des produits bruts (viande de porc, agneau, volaille..), mais aussi pour les produits transformés, la mise en place d’un étiquetage
obligatoire de l’origine pour les ingrédients mis en oeuvre à plus de 50% dans le produit fini.

Communiqué http://www.fcd.asso.fr

Tags:



Laisser un commentaire